Nous sommes le

vendredi 1 octobre 2021

Horoscope | Ebooks | Stories | Quiz | Forum | Blogs | Groupes  

On vous aide à voir le verre à moitié plein

vendredi 1 octobre 2021

Et si on arrêtait de se plaindre ?

Honnêtement, qu’est-ce que vous pensez des gens qui ne cessent de se plaindre à tout bout de champ ? Vous avez vraiment envie de passer plus de temps avec eux pour écouter leurs pleurnicheries et les réconforter ? Il y a pourtant des avantages d’arrêter de se plaindre…

Vous voulez être plus heureux ? Commencez donc par arrêter de vous plaindre ! C’est une manière simple d’attirer plus de bonheur dans votre vie, de faire preuve de plus de gratitude et de sourire au monde sans vous forcer.

En plus, c’est gratuit et ça ne demande aucune aide du destin ou de son entourage. Juste la volonté de changer et le courage d’essayer. C’est une philosophie de vie aux effets positifs garantis !

Se plaindre est un cercle vicieux

En arrêtant de vous plaindre, vous allez moins vous concentrer sur les aspects pénibles de votre environnement. La plainte est chargée d’émotions négatives.

Quand vous vous plaignez, vous mobilisez votre énergie vitale pour des choses qui n’en valent pas la peine. Vous influencez vos pensées qui, immédiatement, traduisent le message par une augmentation de stress. Le cercle vicieux commence alors.

Non seulement, cela vous nuit, mais en plus, par répercussion, ça instaure un climat nuisible pour votre entourage. Ne pas arrêter de se plaindre nourrit le pessimisme. Par exemple, quand quelqu’un se plaint de ne pas être en forme, il va ressentir davantage de fatigue, mais son entourage, lui aussi, va finir par se persuader qu’il est au bout du rouleau, à deux doigts du burn-out.

Arrêter de se plaindre pour être en bonne santé – RTL

En plus, la plainte a un côté addictif. C’est une solution de facilité pour l’esprit qui finit par s’y accoutumer. Plus on le nourrit de pensées négatives, plus il en réclame avec insistance.

Les neurones vont même jusqu’à nous orienter insidieusement vers les mauvaises nouvelles, juste histoire de trouver des occasions supplémentaires de se plaindre. On se transforme ainsi progressivement en être franchement « toxique » pour les autres….

Pourquoi se plaint-on ?

Généralement, on se plaint soit pour attirer l’attention, soit pour exprimer une souffrance. Certains pensent que la plainte est le seul moyen de changer les choses. En réalité, se plaindre paralyse surtout le passage à l’action. C’est vrai ça… Pendant que vous êtes occupé(e) à vous plaindre, les choses ne changent pas.

Certaines personnes ont aussi tendance à se complaire dans un rôle de victime et, par un comportement masochiste, à laisser volontairement pourrir la situation pour pouvoir continuer à se plaindre tranquillement.

EbookCover 3D Petits Pas Bonheur

Ce texte est extrait de l’ouvrage Mes Petits Pas Bonheur que vous pouvez recevoir gratuitement.
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement

Aux yeux de leur entourage, ceux qui se plaignent sans cesse deviennent des gens qui ont toujours quelque chose qui cloche. Les gens finissent alors par vous voir comme un être toxique qui a tendance à tirer les autres vers le bas. Conséquence, ils se détournent de vous à juste titre.

Dans le pire des cas, vous finissez même par tomber dans la paranoïa et d’avoir l’impression que tout le monde s’est ligué contre vous.

Par ailleurs, ne pas arrêter de se plaindre, c’est un peu renier sa responsabilité en la déchargeant systématiquement sur les dos des autres. Votre ambition n’est-elle pas d’assumer l’entière responsabilité de votre vie ?

Aider quelqu’un à arrêter de se plaindre

Si vous cherchez à venir en aide à quelqu’un qui se plaint constamment, la première chose à faire, c’est de prendre le temps de l’écouter pour essayer de comprendre ce qui ne va pas.

Cette étape peut parfois suffire. Mais dans certains cas, il faut réagir plus fermement et dire à la personne qui se plaint : « Je peux t’écouter et faire des efforts. Mais c’est à toi de trouver des solutions à tes problèmes…« 

Lire aussi :
Voir le verre à moitié plein, ça s’apprend ?
Pour être heureux, commencez par changer de lunettes !
6 idées pour exercer votre gratitude
Pourquoi ça vaut le coup d’être optimiste dans la vie

Cette parade place la personne face à elle-même, en lui montrant qu’elle ne peut pas déverser indéfiniment sa frustration sur vous. Cette tactique fait souvent mouche : soit la personne va se plaindre auprès de quelqu’un d’autre, soit elle réalise qu’un changement de comportement est nécessaire pour maintenir une relation avec vous.

Souvent, les choses positives arrivent aux personnes qui sourient à la vie. Par effet miroir, vos expériences négatives vous laissent anticiper d’autres moments désagréables pour l’avenir. Et vous les attendez tellement qu’ils finissent par se produire.

Si vous vous sentez concerné(e)

Si vous vous sentez concerné(e) à titre personnel, voilà ce que vous pouvez faire pour vous en sortir. D’abord, assumez la pleine responsabilité des problèmes qui sont à l’origine de vos plaintes :

  • Si je suis malheureux, c’est parce que je vois toujours le verre à moitié vide.
  • Si je n’aime pas ma situation actuelle, c’est à moi de la faire évoluer.
  • Si je veux quelque chose, c’est à moi de me mettre en position de l’obtenir.
  • Si quelque chose me dérange, c’est à moi de trouver une solution acceptable.
  • Si je veux la présence de certaines personnes dans mon entourage, c’est à moi de les séduire.

Ne vous reprochez pas d’avoir des pensées négatives, cela vous mettrait dans une situation encore plus défavorable. Le fait de vous en vouloir à vous-même renforce le schéma négatif dans lequel vous vous trouvez.

Commencez par admettre que ces comportements et ces pensées existent, mais qu’elles ne correspondent plus à la personne que vous êtes aujourd’hui. En évitant de vous identifier à vos plaintes, vous les ferez passer du domaine de l’inconscient à celui du conscient, un espace sur lequel vous avez une réelle possibilité d’agir.

Ne cherchez pas non plus à vous débarrasser des pensées à l’origine de vos plaintes. Apprenez plutôt à vivre avec, tout en sachant les maitriser. Faites en sorte de créer un climat dans lequel ces pensées coexistent avec votre personnalité, sans pour autant être dominantes.

La prochaine fois que vous vous surprenez à vous plaindre, soyez pragmatique et demandez-vous comment vous pouvez changer les choses. Prenez le taureau par les cornes, passez à l’action et faites de votre mieux pour influencer votre vie positivement.

Si ça marche, vous déciderez alors tout naturellement d’arrêter de vous plaindre une bonne fois pour toutes. Sinon, vous aurez au moins offert quelques semaines de répit à tous ceux qui vous entourent (et vous subissent).

Mes Petits Pas Bonheur

Nutrition, minceur, stress, phyto, aromathérapie… Tous nos ebooks gratuits

-- Annonce --

NOUVEAU

NEWSLETTER

-- Annonce --

POPULAIRES

A PROPOS

8d0b0cf8b29c44613acd717b0315ea14?s=96&d=identicon&r=g
Philippe Monteiro da Rochahttps://www.aujourdhui.com
Philippe est auteur, journaliste et responsable éditorial d'Aujourdhui.com. Il se passionne pour la psychologie positive. C'est à lui que vous devez vous adresser si vous avez des compliments ou des critiques à faire sur le magazine...

SUIVEZ-NOUS

21,053FansJ'aime
2,735SuiveursSuivre
50,900AbonnésS'abonner

Vous pourriez aimer aussi

PARTENAIRES