Nous sommes le

samedi 25 septembre 2021

Horoscope | Ebooks | Stories | Quiz | Forum | Blogs | Groupes  

On vous aide à voir le verre à moitié plein

samedi 25 septembre 2021

Que faire contre la fatigue de la rentrée ?

Mauvaise nouvelle, les vacances sont déjà terminées et la reprise pointe déjà le bout de son nez. Que faire contre la fatigue de cette rentrée pour préserver (ou retrouver) notre capital « énergie » ? Voici une stratégie à appliquer pour éviter le coup de fatigue…

Lorsqu’il entend « fatigue », chacun de nous repêche dans sa mémoire le souvenir d’un moment où il s’est senti éreinté, épuisé, ou simplement vidé.

De quelle fatigue s’agit-il ?

Pour celui-ci, il s’agira d’une fatigue purement physique apparue après un effort intense. Un déménagement par exemple. Trimballer des caisses, des meubles et des cartons pendant une journée entière a de quoi vider vos réserves d’énergie. 

Ce type de fatigue ne pose pas de problème majeur : il suffit de se reposer et de bien dormir pour qu’elle disparaisse. Les difficultés surgissent lorsque l’effort physique est associé à des contrariétés, des conflits, des émotions douloureuses. La récupération devient alors plus lente, plus difficile, voire impossible.

Toutes les fatigues ne se valent pas. Il y a la fatigue physique qui touche le corps (principalement les muscles) et la fatigue nerveuse qui perturbe globalement tout le système nerveux, cerveau compris.

Il y a aussi la fatigue émotionnelle, liée à la multiplication des situations capables de provoquer des émotions puissantes, surtout lorsqu’elles sont désagréables et perturbantes.

Il est extrêmement rare de se sentir fatigué uniquement sur le plan physique, émotionnel ou nerveux. Ces trois formes de fatigue s’engendrent l’une l’autre, se mélangent, s’influencent… En plus, cette année, la rentrée implique de nouveaux enjeux : nous ne savons pas vraiment à quoi nous attendre. 

La fatigue nerveuse et émotionnelle est donc omniprésente autour de nous. C’est elle qui risque de réapparaître plus rapidement que les années précédentes, entraînant dans son sillage un surcroît de fatigue physique et émotionnelle. L’heure est donc à la prévention !

Imaginez un cheval de course, un crack sur lequel reposent les espoirs à la fois des parieurs et de son propriétaire. Il s’est entraîné jour après jour, avalant les longueurs de piste. Il est en pleine possession de ses moyens. Pourtant, lui et son jockey savent bien qu’il leur faut conserver de l’énergie pour la fin de la course. Ensemble, l’homme et l’animal vont ainsi doser les efforts afin de tirer le meilleur de l’organisme équin. 

C’est précisément ce que vous allez faire dès votre retour pour préserver au maximum votre capital énergie, mais aussi votre paix intérieure et votre joie de vivre. Avec quelques gestes ciblés, vous pourrez ainsi faire durer les bénéfices de l’été jusqu’aux vacances prochaines !

Le plein de bons nutriments contre la fatigue 

Pendant l’été, vous avez modifié votre alimentation. D’un côté, vous avez mangé plus léger : des salades rafraîchissantes en lieu et place des plats roboratifs de l’hiver. Mais en même temps, vous avez peut-être consommé davantage de sucre (ah ! les bonnes glaces qui font oublier la chaleur pendant quelques minutes…), davantage d’alcool (les apéros entre amis), adopté un rythme alimentaire plus décousu… 

Votre objectif principal sera de fournir à votre corps tout ce dont il a besoin pour bien fonctionner (avec un coup de pouce pour les aliments énergisants), mais aussi de l’aider à éliminer les déchets dus à vos comportements de l’été. 

3 astuces pour lutter contre la fatigue – Minute forme

On ne le dira jamais assez : c’est au quotidien qu’il convient d’harmoniser son alimentation. Pas d’exclusions ni de privations (intenables à long terme), mais des repas équilibrés fournissant suffisamment de légumes et fruits frais. 

Vous pourrez ainsi, sans efforts, renforcer votre statut minéral et vitaminique. C’est important aussi pour éviter l’excès d’acidité qui nourrit la fatigue chronique (voir ci-dessous l’interview du Dr Rougier).

  • Organisez vos repas autour des végétaux frais, dont vous varierez la couleur chaque jour puisque celle-ci est liée aux composants du produit : bêtacarotène pour ceux de couleur orangée, anti-oxydants dans les violents et les rouges, minéraux en pagaille dans les verts…
  • Intégrez une petite portion de protéines (viande blanche, volaille, poisson…) pour l’apport en acides aminés. Une fois par jour suffit.
  • Ajoutez une portion raisonnable de céréales complètes ou semi-complètes : riz, main, pâtes, quinoa…
  • Et pour le dessert (facultatif), un yaourt ou un fruit.

Une bonne détox et ça repart…

Après l’été, c’est l’automne qui s’annonce et ce sera une excellente période pour alléger votre alimentation pendant une dizaine de jours (moins de gras, pas de sucre ni d’alcool). 

  • Si vous vous en sentez le courage, lancez-vous dans une diète de deux ou trois jours, au cours de laquelle vous mangerez uniquement des légumes et/ou des fruits frais non assaisonnés : raisin, artichaut, courgettes, melon… Le tout accompagné de tisanes drainantes (orthosiphon, reine-des-prés, piloselle…). 
  • Votre corps, ainsi nettoyé, profitera d’autant mieux des nutriments bénéfiques que vous lui fournissez.

Les aliments pour faire le plein d’énergie sont généralement riches en vitamines stimulantes (notamment la vitamine C). Les aliments qui suivent sont, à juste titre, des stars de la lutte contre la fatigue et de la stimulation immunitaire :

  • Le citron : anti-acide, drainant (surtout pour le foie) et riche en vitamine C. A ajouter en assaisonnement ou à prendre à jeun pour une cure drainante (le jus d’un demi-citron allongé d’eau à température ambiante, à prendre le matin à jeun pendant 10 jours).
  • Le fenouil. Il est riche en eau, donc drainant. Il fournit un large éventail de vitamines et de minéraux facilement assimilables.
  • Le chou-fleur. Très riche en vitamine C, il fournit aussi des glucides facilement assimilables (pour l’énergie), des antioxydants et même des protéines. 
  • L’orange. Elle renferme moins de vitamine C que le citron, mais celle-ci est très facilement assimilable. Elle fournit aussi des fibres douces qui contribuent à la santé intestinale. En prime, elle favorise l’absorption des autres nutriments.
  • Le kiwi. Encore un champion de la vitamine C que l’on trouve sur tous les étals en automne et en hiver.

Petit rappel : la vitamine C intervient dans des dizaines d’opérations métaboliques. Lorsque l’organisme en manque, il « ralentit ». Cela ne se ressent pas immédiatement, mais lorsque vous percevrez la fatigue, la déprime et les premières infections, vous comprendrez que vous manquez de vitamine C. Inutile d’attendre !

Mieux vaut prendre les devants en faisant régulièrement une cure de compléments en vitamine C :

  • Choisissez une vitamine C d’origine naturelle (plus facilement métabolisée par l’organisme), associée à des flavonoïdes qui favorisent encore son absorption.
  • Comptez au moins trois semaines de cure. Vous renouvellerez éventuellement, si vous en ressentez le besoin, après une dizaine de jours de break. 

Retrouvez vos performances intellectuelles

Autre objectif positif : stimuler vos capacités de réflexion, de concentration et de mémorisation. Plus vous disposerez de ces capacités, plus vous gagnerez en sérénité et en force contre la fatigue. 

Bien nourrir votre cerveau est essentiel ! Inscrivez à vos repas des fruits secs oléagineux (noix, amandes…). Ils sont parfaits pour un en-cas dans la matinée et l’après-midi.  Pensez aussi aux poissons gras (saumon, hareng, sardine…) qui fournissent de bons acides gras essentiels.

Notre vie quotidienne est rythmée par des cycles biologiques auxquels nous sommes tous soumis. De la même manière que nous avons faim vers midi et que nous avons sommeil après la tombée de la nuit, notre fonctionnement intellectuel et mémoriel a ses « heures de pointe ». Essayez de les respecter.

  • Le matin, suivez votre rythme. Vous êtes du genre à traîner avant de vous y mettre, ou à foncer sans réfléchir ? Dans les deux cas, respectez-vous et avancez tranquillement. À partir de 10 h, vous pourrez vous atteler à des tâches qui demandent de la concentration et de l’attention.
  • En fin de matinée, votre acuité intellectuelle diminue. Adaptez votre activité intellectuelle à cette baisse. Ralentissez progressivement ou contentez-vous de vaquer à des tâches moins exigeantes.
  • Après le déjeuner, c’est l’heure de la pause. Inutile de vous forcer, votre mental est en jachère. Une courte pause (un quart d’heure) suffira à vous booster à nouveau.
  • À partir de 15 h, votre mental se réveille. C’est le moment de vous lancer dans des activités qui nécessitent de faire appel à votre mémoire et à vos capacités d’analyse, elles sont au top ! 

Recalez bien votre sommeil

Impossible d’éviter la fatigue lorsqu’on dort mal ! C’est presque une lapalissade. Hélas, ceux qui ont le sommeil fragile voient leurs difficultés s’intensifier au fur et à mesure que les soucis se réveillent. Tout ce que vous avez mis en place pour équilibrer votre alimentation, tenir bon face à la fatigue et améliorer votre fonctionnement intellectuel aura un impact positif sur votre sommeil.

D’autres gestes complèteront le dispositif comme le fait de recaler votre rythme. Les mêmes rythmes biologiques qui affectent notre acuité mentale, organisent aussi notre sommeil. Il y a des couche-tôt et des couche-tard, des lève-tôt et des lève-tard. C’est comme ça ! S’il est impossible de changer complètement de rythme, vous pouvez le recaler de manière qu’il ne perturbe pas votre vie sociale.

  • Vous vous endormez et vous réveillez trop tôt. Protégez-vous de la lumière le matin (avant 10 h) en portant des lunettes de soleil même en hiver. À l’inverse, prenez le plus possible la lumière en fin de journée : baladez-vous dehors, rentrez du boulot à pied, faites du sport en extérieur…
  • Vous vous endormez et vous réveillez trop tard. C’est le matin qu’il vous faut prendre la lumière, et le soir qu’il faut l’éviter. 

La pharmacopée naturelle est une mine d’or pour ceux qui ont du mal à dormir. Certaines plantes sont douces (tilleul, camomille…), d’autres plus puissantes (aubépine, passiflore, valériane…). Voici nos préférées.

  • Pour éviter les réveils nocturnes. Optez pour l’escholtzia, une variété de pavot originaire du sud des États-Unis. S’il n’a pas de vertus psychotropes (ce n’est pas une drogue !), il a tout de même la capacité d’améliorer la qualité du sommeil, surtout pour ceux qui souffrent de réveils nocturnes intempestifs.
  • Pour s’endormir plus facilement. Essayez la marjolaine. Cette plante aromatique courante du bassin méditerranéen est profondément apaisante, ce qui favorise une entrée sereine dans le sommeil.

Allez, courage ! Même si cette rentrée si particulière vous semble un brin effrayante, vous disposez de nombreux outils pour en faire une réussite…

Mes Petits pas santé pour vivre mieux en 2021

Nutrition, minceur, stress, phyto, aromathérapie… Tous nos ebooks gratuits

-- Annonce --

NOUVEAU

NEWSLETTER

-- Annonce --

POPULAIRES

A PROPOS

83a34818656fa180a9b6e11ce367f61f?s=96&d=identicon&r=g
Caroline Castelhttps://mon-regime-minceur.com/
Caroline est journaliste, fondatrice du StudioWaouw et auteure de très nombreux guides pratiques et ouvrages pédagogiques. Elle est passionnée de bien-être, de santé naturelle, de médecines douces et d'aromathérapie.

SUIVEZ-NOUS

21,053FansJ'aime
2,735SuiveursSuivre
50,900AbonnésS'abonner

Vous pourriez aimer aussi

PARTENAIRES