Nous sommes le

dimanche 19 juin 2022

Horoscope 2022 | Ebooks | Stories | Quiz | Forum | Blogs | Groupes  

On t'aide à voir le verre à moitié plein

Le scandale de l’amendement Ferrari

Vive l’Europe du luxe ! Pas besoin de respecter la législation quand on est fortuné. Les efforts climatiques, c’est bon pour les classes moyennes. La fin de la vente de véhicules thermiques annoncée pour 2035 pourrait bien être contournée par les constructeurs de véhicules de luxes grâce à une exception judicieusement baptisée « l’amendement Ferrari ».

Certains petits malins et gros nantis pourraient-ils échapper à l’interdiction de la vente de véhicules thermiques neufs en 2035. Lors du vote au Parlement européen mercredi 8 juin, un amendement a été déposé par certains députés pour tenter de contourner l’interdiction.

L’amendement Ferrari : un traitement de faveur

Baptisé “amendement Ferrari”, il prévoit un aménagement pour les constructeurs automobiles qui, comme Aston Martin, Maserati ou Lamborghini, vendent moins de 10 000 véhicules par an. Ceux-ci pourraient donc continuer à vendre des voitures équipées d’un moteur à combustion interne, 100% thermiques ou hybrides jusqu’en 2036.

Le texte prévoit ainsi que les marques de luxe qui produisent « entre 1000 et 10.000 voitures particulières » profitent de cette entorse à la règle pendant un an de plus que les autres constructeurs.

Pas d’interdiction pour les bolides des ultra riches

La deuxième catégorie concerne les constructeurs qui vendent moins de 1 000 unités par an. Cela vise surtout les très petits constructeurs, encore plus exclusifs que Ferrari. Pour ces marques de véhicules hyper performants à 2 ou 3 millions de $ pièce comme Bugatti ou le suédois Koenigsegg, l’interdiction serait carrément supprimée grâce à cet amendement.

Cet amendement pourrait également aménager les étapes vers le zéro émission, plutôt contraignantes d’ici 2035. Pour rappel, les constructeurs sont normalement soumis à des paliers, avec une réduction des émissions de CO2 de 15% en 2025, de 55% en 2030 et de 100% en 2035. Pour les marques vendant moins de 10 000 unités, ces étapes pourraient être un peu plus souples.

Il y a pourtant du mieux

Rappelons que selon une étude de Jato Dynamics, l’année 2021 a marqué une baisse des émissions de CO2 sur le marché automobile en Europe. Pour la première fois, la moyenne est descendue sous les 100 g/km de CO2 (99 g/km pour être précis). Un net progrès par rapport à 2020 où la moyenne des émissions des constructeurs automobiles européens était de 118 g/km de CO2.

A PROPOS

Philippe Monteiro da Rocha
Philippe Monteiro da Rochahttps://www.aujourdhui.com
Passionné de psychologie positive, Philippe est responsable éditorial d'Aujourdhui.com. Adressez-vous à lui si vous avez des compliments ou des critiques à faire...
-- Annonce --

NOUVEAU

CADEAU

C'est le moment d'agir !

petits pas faire ma part
Inscris-toi ci-dessous et reçois chaque matin une idée d'action à fort impact pour réduire ton empreinte carbone perso et agir contre le changement climatique....

Vous pourriez aimer

PROGRAMMES GRATUITS