Modérateurs d’appétit et coupe-faim, quelles différences ?

Les coupe-faim et modérateurs d’appétit ont pour mission de favoriser la satiété et de réduire la sensation de faim. Ils nous aident à moins manger. Mais faut-il en consommer davantage pour accélérer la perte de poids ou, au contraire, ne surtout pas en abuser. Voilà nos réponses…

Il arrive souvent qu’on ait des envies irrésistibles de grignoter. Pour résister, on a le choix entre les coupe-faim, les modérateurs d’appétits et les brûle-graisse. Mais comment les différencier ?

À quoi servent les modérateurs d’appétit ?

Halte aux idées reçues : les modérateurs d’appétit n’ont pas pour vocation première de faire maigrir…

Les personnes qui mangent trop, lorsqu’elles entreprennent un régime amincissant, doivent se réhabituer à des portions normales. Ce n’est pas possible en trompant son appétit.

Mais les modérateurs ont une action minceur mécanique : ils forment un gel dans l’estomac fixe, puis élimine une partie des sucres et des graisses consommés.

Quand on veut mincir, on peut intégrer des modérateurs d’appétit dans un programme de menus équilibrés. Mais il ne faut pas se contenter de les ajouter à son alimentation habituelle.

Les médicaments coupe-faim

Le coupe-faim est composé de substances chimiques puissantes : l’amphétamine. Son rôle est d’augmenter l’activité du corps, de stimuler la vigilance, mais surtout de couper l’appétit. Cependant, la vente de médicaments anorexigènes est réglementée depuis quelques années du fait qu’on les assimile à des drogues.

Suite à une vague de retraits de ces médicaments, on ne trouve plus actuellement que le Sibutral, un produit qui aide à réduire l’appétit. Pour cela, il agit sur le système nerveux central qui contrôle la faim et la satiété. La prise de ce produit anorexigène doit se faire dans un cadre strictement médical à cause de ses effets secondaires : accélération du rythme cardiaque, augmentation de la pression artérielle, troubles digestifs, fatigue et bouche sèche.

Les compléments qui réduisent l’appétit

Les modérateurs d’appétit sont des compléments alimentaires qui ne présentent aucun risque pour la santé. En fait, ils ont été conçus à partir de substances végétales en provenance des plantes, des fruits ou des algues comme les mucilages, les fibres et les gommes. Comme ces substances ont le pouvoir d’absorber jusqu’à 100 fois leurs poids en eau, elles calent l’estomac et donnent une impression de satiété.

Les plantes ou fruits les plus utilisés sont le fucus, la gomme de caroube, le karaya, la gomme de guar, la pomme ainsi que le nopal. Présentés sous forme de poudre ou de gélules, il faut cependant éviter les excès au risque d’avoir des ballonnements ainsi que des diarrhées. Les modérateurs d’appétit sont en vente libre.

Si la sensation de faim apparaît avant les repas et qu’il faut attendre une heure pour manger, les modérateurs d’appétit sont intéressants. Mais, en cas de faim systématique en plein milieu de l’après-midi, il faut s’interroger.

Votre repas du midi était-il assez copieux ? Si la réponse est non, il faudra faire des repas plus consistants ou prendre une vraie collation, avec une boisson, un fruit, du pain et un laitage. » Les modérateurs d’appétit permettent de faire face à l’urgence, sur le moment, mais, au repas suivant, on risque de compenser en mangeant davantage.

Les compléments qui boostent la lipolyse

Il existe aussi des compléments alimentaires qui stimulent la fonte des graisses ou lipolyse. Pour comprendre leur action, il faut savoir que si on augmente le métabolisme de base, le corps va consommer plus d’énergie. En fait, le phénomène de lipolyse aide dans la transformation des molécules d’acide gras de réserve en acides gras libres qui sont plus faciles à éliminer.

Parmi les ingrédients qui composent les brûle-graisse, on trouve la caféine, le thé vert, le guarana, le chitosan, la spiruline, le nopal, le citrus et l’aurantium. À part le chitosan, toutes ces substances sont des extraits de plantes, de vitamines ou d’acides aminés. Leur rôle est de capturer les graisses avant que celles-ci ne pénètrent dans le sang. Elles peuvent aussi accroître la consommation de calories par l’organisme.