Savoir Maigrir avec JM Cohen   |   Méthode Montignac   |   Programme minceur gratuit

samedi 30 avril 2022

Et pourquoi pas un vélo électrique ?

Le vélo électrique permet de se déplacer sans effort et sans transpirer, en transportant un peu plus de charge qu’un vélo classique. Quand on sait que la moitié des déplacements des Français font moins de 5 km, on peut se demander si ce n’est pas une option à considérer d’urgence pour la transition éco-énergétique. Pourquoi choisir un vélo électrique ?

La moitié des déplacements des Français font moins de 5 kilomètres et pourtant, l’utilisation de la voiture individuelle reste largement majoritaire sur ces trajets courts. On peut cependant légitimement penser que le vélo électrique a un potentiel considérable pour ces distances réduites.

Un petit pas pour faire ta part

Les études le montrent clairement : le fait d’utiliser un vélo à assistance électrique (ou VAE) permet de remplacer une bonne partie des petits trajets. Dans bien des cas, le VAE a même remplacé la deuxième voiture du foyer. Imagine l’impact d’un vélo électrique sur la pollution de l’air et sur la réduction de ton empreinte carbone personnelle.

Je te donne trois arguments pour nourrir ta réflexion :

  1. L’essayer, c’est l’adopter : 70% des utilisateurs de vélo électrique ont remplacé certains trajets quotidiens en voiture par des déplacements en VAE.
  2. L’Ademe estime que pour un kilomètre parcouru, les émissions de gaz à effet de serre sont 94 % fois inférieures pour le vélo que pour la voiture. Les émissions d’une voiture à essence qui consomme 7,2 l/100 km sont de 15 kg CO2e pour 100 km et celles d’un VAE sont inférieures à 0,5 (fabrication et recharge comprises).
  3. Les déplacements en ville font en moyenne 3 km, ils polluent et, souvent, on galère pour trouver une place de parking. Les vélos électriques cochent toutes les cases !

Si tu veux faire ta part, demande-toi combien de temps il te faudrait pour rentabiliser un vélo électrique (à partir de 1600 € d’investissement) en tenant compte de tes besoins de déplacement quotidiens. Bonne nouvelle (qui ne durera pas) : il existe des bonus écologiques de la part de l’État et de certaines régions qui peuvent t’aider pour le financement.

adopterunveloelectrique800
Cette suggestion est l’un des 10 Petits Pas pour Faire Ma Part et réduire mon empreinte carbone personnelle de moitié.

Les ventes ont explosé en 5 ans

En France, il y a 35 millions de vélos dont un bon quart ne servent jamais. Les cyclistes du quotidien représentent seulement 5% de la population (contre 30% au Danemark et 43% aux Pays-Bas). Il y a heureusement des exceptions sur le territoire, à commencer par Strasbourg où le vélo constitue 16% des déplacements domicile-travail.

Depuis 2015, le vélo à assistance électrique (VAE) a littéralement explosé en France : ses ventes ont quintuplé en six ans, passant de 102 000 unités à 514 000. En valeur monétaire (le VAE moyen coûte un peu plus de 2000 euros), il représente aujourd’hui largement plus de 50% du marché français du cycle.

Comment et pourquoi choisir un vélo électrique ? UFC-Que Choisir

Le vélo électrique a ainsi un rôle important à jouer dans la reconquête du vélo en France et la transition énergétique. L’Ademe le qualifie même « d’outil majeur pour réduire les fractures sociales et territoriales. »

En effet, on a constaté que le vélo électrique est utilisé plus souvent et sur des distances plus longues que le vélo classique. Il touche en particulier des Français plutôt âgés qui ne faisaient plus de vélo du tout.

Pourquoi choisir un vélo électrique ?

Pourquoi choisir un vélo électrique ? Tout simplement parce que ça représente une solution parfaite pour des trajets écologiques. D’ailleurs, depuis quelques années, le VAE a déjà remplacé la 2e voiture dans de nombreux foyers.

Comme la part « d’énergie humaine » reste importante dans le vélo électrique (l’assistance n’est là que pour diminuer l’effort), son efficacité énergétique est remarquable. Si on le compare à une Renault Zoé électrique, un VAE est 60 fois moins lourd et possède une puissance maxi 260 fois plus faible.

Avec ses batteries au lithium et ses besoins de recharge électrique (l’autonomie moyenne est comprise entre 50 et 75 km), le vélo électrique n’est pas neutre pour l’environnement. Mais il pollue beaucoup moins qu’un véhicule électrique et près de 100 fois mois qu’une voiture thermique.

Par ailleurs, il n’émet aucune fumée nocive. La qualité de l’air est ainsi préservée ce qui fait du vélo électrique, un excellent moyen de locomotion pour lutter contre la pollution.

En conclusion

Le développement du vélo électrique pour les déplacements courts, notamment en ville, pourrait avoir un impact important sur la consommation de pétrole et les émissions de gaz à effet de serre associées. N’oublions pas que les transports comptent pour près d’un tiers de la consommation finale d’énergie en France et 90 % de l’énergie consommée par le secteur provient des produits fossiles.

A PROPOS

Catherine de Helialyshttps://helialys.com/
Catherine s'est engagée pour participer, à son échelle, à la protection de la planète. Retrouvez son programme gratuit 10 Petits Pas Climat ou proposez-lui d'animer une Fresque du Climat.