Un logement moins vorace en énergie

Quand on pense à l’énergie qu’on consomme à la maison, on pense spontanément aux appareils électriques et aux dispositifs d’éclairage. Pourtant, on devrait plus volontiers se tourner vers des économies de chauffage et une meilleure gestion de son ballon d’eau chaude. Ces deux postes représentent 75% de l’énergie consommée dans nos maisons.

En France, les logements individuels constituent l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre. Le chauffage et le ballon d’eau chaude (ou la chaudière) représentent 75% de l’énergie consommée dans nos maisons.

Un petit pas pour faire ta part

Le fait de surveiller la consommation énergétique liée au chauffage de ton foyer constitue l’un des meilleurs moyens dont tu disposes pour réduire significativement ton empreinte carbone personnelle et agir contre le changement climatique.

Je t’explique pourquoi en trois arguments :

  1. Nos logements individuels constituent l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre. Songe un peu qu’en France, seules 5% des résidences principales ont une bonne performance énergétique. Il y aurait en France entre 7 et 8 millions de « passoires énergétiques » (estimation 2022).
  2. Selon EDF, le chauffage représente en moyenne 60 % de la consommation d’énergie d’un foyer !
  3. Selon Carbone4*, la rénovation et l’isolation thermique du logement d’une part, et le remplacement d’une chaudière à fioul ou à gaz d’autre part, correspondent à un allégement potentiel d’une tonne de CO2e de l’empreinte carbone d’un Français moyen. Ce sont des gestes essentiels pour réduire nos émissions individuelles.

Si tu veux faire ta part, tu devras évidemment commencer par l’étude attentive du diagnostic de performance énergétique (DPE) de ton logement (réalisé par un professionnel certifié) :

  • Si tu es locataire, tu peux le demander à ton propriétaire ou au bailleur social s’il n’est pas déjà joint à ton contrat de location (obligatoire depuis 2010). C’est important car les logements classés F et G seront retirés du marché locatif dans quelques années.
  • Si tu es propriétaire, ça vaut le coup de faire réaliser un nouveau diagnostic énergétique de ton bien (facturé entre 130 et 150 euros) parce qu’il t’offrira une estimation réaliste des travaux et des dépenses à prévoir pour le rénover.
isolationthermique800
Cette suggestion est l’un des 10 Petits Pas pour Faire Ma Part et réduire mon empreinte carbone personnelle de moitié.

Ça fuit de partout

Dans une maison individuelle ou un appartement, les pertes de chaleur peuvent concerner tous les éléments en contact avec l’extérieur : le toit, les murs, les fenêtres, les portes, les planchers, les jointures… Ça peut fuir de partout !

Pour la plupart d’entre nous, une bonne isolation serait donc la première action à mettre en place pour se protéger du froid en hiver et de la chaleur en été. L’État encourage d’ailleurs les particuliers, à travers des aides financières et des incitations fiscales, à mener des travaux de rénovation énergétique.

Ainsi, remplacer sa chaudière au fioul ou au gaz par une pompe à chaleur (PAC) peut avoir un impact considérable sur nos émissions de gaz à effet de serre.

Le principe des pompes à chaleur est ingénieux : c’est un frigo inversé ! Le réfrigérateur refroidit son intérieur et rejette la chaleur dans la pièce. La PAC refroidit l’air extérieur pour réchauffer votre logement. Certaines PAC peuvent même inverser leur fonctionnement et faire office de climatisation l’été.

Les aides à la rénovation énergétique pour faire des économies de chauffage – Julien Loboda

Les PAC géothermiques ou air/eau représentent néanmoins un certain investissement de départ mais elles permettent de réaliser des économies de chauffage substantielles sur le long terme. 

Les réseaux de chaleur et les énergies bas-carbone (solaire thermique, géothermie, bois, etc.) sont d’autres alternatives possibles pour remplacer les chaudières. Là encore, un soutien de l’État est possible. En 2021, 800 000 foyers ont ainsi bénéficié de MaPrimeRénov’, l’aide à la rénovation énergétique.

Baisser le thermostat pour des économies de chauffage

À chaque degré en moins, la consommation énergétique baisse d’environ 7%. Ca vaut donc le coup d’enfiler une petite laine pour les soirées d’hiver. Et aussi de fermer les volets et les rideaux ! L’ADEME recommande de ne pas mettre le thermostat au-dessus de 19 °C dans les pièces à vivre, et de 17 °C dans les chambres.

Il est par ailleurs judicieux d’installer un dispositif pour programmer et régler la température de son logement. On évite ainsi le gaspillage et on peut réaliser des économies de chauffage appréciables.

La régulation maintient la température ambiante à une valeur choisie et tient compte des évolutions de la température extérieure et des apports gratuits de chaleur : soleil, appareils de cuisson… La programmation permet de faire varier la température selon le moment de la journée et peut être modifiée en période de vacances en cas d’absence prolongée.

Surveiller son ballon d’eau chaude

Ballon d’eau chaude, chauffe-eau électrique, cumulus… La plupart des ménages sont équipés de cet appareil, qui est un poste de consommation électrique conséquent : en moyenne 15 % des dépenses énergétiques d’un foyer selon l’ADEME.

En moyenne, un chauffe-eau consomme 800 kWh d’électricité par personne et par an. La consommation d’eau chaude sanitaire, utilisée à des fins domestiques, est donc le second poste de dépense énergétique des foyers français après le chauffage.

Il y a quelques pistes pertinentes pour maîtriser la consommation de son ballon d’eau chaude :

  • Un ballon électrique peut se déclencher en heures creuses seulement, si on le règle sur le mode “auto”.
  • Pour ne pas surconsommer, on doit régler le ballon à la bonne température : en dessous de 50 °C, la température est trop basse et le risque de prolifération des bactéries est élevé et au-dessus de 60 °C, la facture d’électricité s’en ressent. Le juste milieu est donc autour de 55 °C.
  • On estime qu’en France, un adulte consomme environ 50 litres d’eau chaude par jour et un enfant la moitié. À vous de choisir la capacité idéale pour votre ballon en fonction du nombre de personnes de votre foyer…
  • Vous le savez, en termes de consommation d’eau, on conseille de préférer les douches aux bains. Le discours est le même pour la consommation d’électricité : un bain consomme de 150 à 200 litres d’eau tiède ou chaude, contre en moyenne 50 litres pour une douche. Attention car au-delà de 10 minutes sous la douche, la quantité d’eau chaude consommée avoisine celle d’un bain.

Résister à la clim

Enfin, avec l’augmentation des pics de chaleur l’été, la tentation d’installer un système de climatisation peut être forte. Il faut résister car la climatisation est extrêmement vorace en énergie. Par ailleurs, les climatiseurs peuvent rejeter de puissants gaz réfrigérants qui aggravent l’effet de serre.

Quand on n’a pas le choix, lorsqu’une personne âgée ou fragile occupe le logement par exemple, on doit alors orienter son choix vers un climatisateur classé A+++.

*Extrait du guide pratique Faire sa part par Carbone4 (fondé par Jean-Marc Jancovici).

A PROPOS

Catherine de Helialyshttps://helialys.com/
Catherine s'est engagée pour participer, à son échelle, à la protection de la planète. Retrouvez son programme gratuit 10 Petits Pas Climat ou proposez-lui d'animer une Fresque du Climat.
-- Annonce --

NOUVEAU

CADEAU

C'est le moment d'agir !

10 petits pas pour faire ma part
Inscris-toi ci-dessous et reçois chaque matin une idée d'action à fort impact pour réduire ton empreinte carbone perso et agir contre le changement climatique....

Vous pourriez aimer

PROGRAMMES GRATUITS