Faire un régime, ça veut dire quoi aujourd’hui ?

Depuis des années, je répète que le terme « régime » est inadapté à ce que l’on appelle les régimes amaigrissants. Peu de personnes au monde ne pratiquent pas de régime. Lorsque je parle de régime, je ne pense pas seulement aux amaigrissants, mais à tous ceux qui nous permettent de rester en forme, à la manière d’un coach de vie.

Les régimes amaigrissants ont ainsi fait l’objet, il y a quelques années, d’un rapport de l’ANSES, suite aux inquiétudes suscitées par la vogue des méthodes hyper-protéinées. Un rapport qui n’apporta pas grand-chose en vérité, hormis de rappeler aux médias comme aux consommateurs : seule l’équation entre l’énergie consommée et celle dépensée fait diminuer son poids, qu’il faut équilibrer son alimentation et faire du sport pour atteindre cet objectif.

L’objectif du document officiel était, au final, de freiner l’appétit immodéré de la population pour les régimes et les protéines. Ce qui a fait sourire la plupart des nutritionnistes compétents tant tous, moi compris, étions conscients de cette vérité depuis fort longtemps.

Accro aux régimes

Nous avons l’habitude d’entendre (il m’arrive aussi de le dire) que si la population est accro aux régimes, la responsabilité en revient aux médias qui nous guident, aux magazines féminins, aux mannequins…

Mais aussi que les mêmes médias nous poussent à réclamer des mesures, à sans cesse vouloir entendre des recommandations, recevoir des avis, suivre des prescriptions d’experts. Tout et son contraire en somme. C’est oublier que le bon sens populaire est le meilleur des conseillers, le plus efficace des coaches.

Cessons de nous voiler la face en accusant un bouc émissaire (ici les médias) : l’envie d’amaigrissement n’est pas seulement façonnée par la presse, elle part d’une volonté réellement collective ; il ne s’agit plus d’un diktat de la minceur, mais du désir de chacun de reprendre en main sa relation avec l’extérieur, la maîtrise de son corps et sa propre survie.

L’histoire vaut d’être rappelée. Les premières fermes de santé, dont nous trouvons encore des héritières ou déclinaisons aujourd’hui, ont été bâties au début du XXe siècle dans le Michigan, à Battle Creek précisément, et tenues par les adventistes du septième jour (dont Kellogg faisait partie).

Où étaient interdites les graisses animales, le sel, les sucreries, le café, le thé et l’alcool, les condiments, bref tout ce qui pouvait améliorer les goûts et les sensations. Aucune volonté d’améliorer la santé dans ces recommandations, puisque les études attestant de la nocivité de certains mets n’existaient pas, mais une manière de bannir la jouissance.

Prendre le régime comme un coach de vie

On mangeait pour survivre et répondre à des restrictions religieuses, non pour le plaisir et encore moins appliquer des conseils nutritionnels.

C’est l’hygiénisme du début du XXe siècle qui permet aux médecins de reprendre la main, vite aidés par le marketing. Le yaourt, par exemple, bénéficie des préconisations d’un prix Nobel de médecine, Elie Metchnikoff.

Le régime, votre nouveau coach de vie – Dr Jean-Michel Cohen

Lorsqu’il explique qu’en consommer allongerait l’espérance de vie, retarderait l’apparition de l’artériosclérose et chasserait les bactéries intestinales qui provoquent la putréfaction, il attire l’attention mondiale sur cet aliment et le met en valeur .

Les « régimes » ou mode d’alors découlent donc plutôt de la pensée personnelle d’un scientifique pur.

Aujourd’hui, les coachs fleurissent de partout et notamment dans le domaine des régimes. Coach en activité physique, coach sportif… en fait faire un régime aujourd’hui c’est comme avoir un coach de vie.

Ce coach de vie va agir de façon à changer vos habitudes alimentaires, et sans doute vos habitudes de vie car avec 5, 10 ou 15 kg en moins, on ne bouge pas de la même façon et le champ des possibles est beaucoup plus large.

La nutrition : une science, pas une opinion

Avec l’avènement du Web, révolution pour la diététique au XXIe siècle, tout change. Mon expérience me montre ainsi chaque jour combien les gens se structurent désormais moins en suivant les consignes d’un médecin, d’un scientifique, que par leur appartenance à une communauté alimentaire où chacun s’exprime, délivre son vécu, ses conseils.

La parole de tous prend plus de poids et d’importance que celle, même étayée, compétente, d’un seul.

Le régime rapproche les uns et les autres autour d’un pôle d’intérêt commun : la santé. De ce point de vue, ces communautés ont un caractère vertueux dans une société qui sépare les hommes plutôt qu’elle ne les rapproche.

Mais c’est aussi la porte ouverte à toutes les rumeurs, la mise au même niveau de tous les propos, sérieux ou farfelus, la prime accordée aux promesses sensationnelles de méthodes déséquilibrées aussi ; bref une vraie foire aux régimes.

J’espère vous aider à y voir plus clair, et surtout à ne pas vous aventurer dans des « régimes », des « régimes amincissants » qui s’avèreraient inefficaces et présentant des risques pour votre santé. La nutrition c’est une science, pas une opinion. Ne vous faites pas « influencer », apprenez la nutrition et faites les bons choix pour votre santé.

A PROPOS

Jean-Michel Cohen
Jean-Michel Cohenhttps://www.savoirmaigrir.fr
Dr Jean-Michel Cohen est Médecin-nutritionniste, auteur, créateur du programme "Savoir Maigrir" et intervenant régulier dans les médias.
-- Annonce --

NOUVEAU

CADEAU

Maigrir, c'est pas si compliqué !

10 petits pas minceur 2022
Inscris-toi ci-dessous pour recevoir par Email le programme "Mes petits pas minceur". Il est facile à suivre et parfaitement équilibré pour perdre jusqu'à 5 kilos par mois.

Vous pourriez aimer

PROGRAMMES GRATUITS

20 citations motivantes pour maigrir La Méthode Cohen : 12 choses à savoir
20 citations motivantes pour maigrir La Méthode Cohen : 12 choses à savoir