Nous sommes le

mardi 27 septembre 2022

Horoscope 2022 | Ebooks | Stories | Quiz | Forum | Blogs | Groupes  

On t'aide à voir le verre à moitié plein

10 questions que vous vous posez sur les régimes

Faut il éviter tel ou tel aliment ? Combien de kilocalories par jour ? Que penser des probiotiques ? Dois-je manger sans gluten ? Etc. J’ai compilé pour vous 10 questions qui reviennent très souvent pendant mes consultations au cabinet ou avec les membres du programme Savoir Maigrir. Vous cherchez des solutions pour maigrir, j’ai des réponses pour vous aider à réussir !

Voici 10 questions qui reviennent sans cesse au cours de mes consultations au cabinet…

1. A combien de kilocalories par jour ai-je le droit ?

Les applications compteur de calories (ou kilocalories, par abus de langage, les nutritionnistes utilisent le même terme car on parle rarement en terme de kilocalories par jour, mais le terme est resté) sont très nombreuses, mais malheureusement restent encore assez imprécises. Notons également que compter les calories ne fait pas tout.

Manger mal mais peu, est parfois équivalent en terme d’apport calorique à manger des assiettes équilibrées plus volumineuses. On ne doit jamais négliger la qualité !

2. Les sites minceur en ligne sont-ils fiables ?

Après une grande effervescence dans laquelle il fallait savoir faire le tri, l’offre se raréfie. Au delà du fait que ce suivi en ligne permet un contact (selon le site choisi) quasi quotidien avec un professionnel de la nutrition et l’envoie de menus, de recettes… que la consultation en cabinet ne permet pas, il ne faut pas oublier la force de la communauté !

Les études montrent que l’on a 5 fois plus de chances de réussir dans sa démarche lorsque l’on fait partie d’un groupe de soutien. C’est la force de l’accompagnement !

3. Manger plus de protéines fait-il maigrir plus vite ?

Les cures protéinées permettent en effet de déclencher rapidement une perte de poids. Tout simplement parce que l’on élimine un maximum de glucides et lipides en parallèle et donc l’apport calorique total sur la journée est fortement réduit, tout en utilisant le pouvoir rassasiant des protéines.

Ce type de régime très restrictif n’a aucune vertu éducative et la frustration laisse place à de nombreux craquages et reprises de poids à la suite. Par ailleurs, ajouter des protéines dans le cadre d’un régime équilibré n’accélère pas la perte de poids.

4. Puis-je réussir à stabiliser mon poids définitivement ?

Non la stabilisation n’existe pas réellement ! Bien sûr après une phase de perte de poids, on va augmenter progressivement l’apport calorique afin de rééquilibrer la balance énergétique et pouvoir laisser place à plus de plaisir.

Mais, si vous perdez la notion de contrôle et reprenez votre alimentation d’avant, vous courrez le risque de reprendre du poids. L’équilibre alimentaire reste la base à vie et il faudra savoir rester dans un certain contrôle.

5. Faut-il que je prenne des compléments alimentaires ?

Les compléments alimentaires sont des produits qui comme leur nom l’indique servent à compléter l’alimentation et sont à la base destinés à répondre à un déséquilibre. Il ne s’agit pas de médicaments et à ce titre les compléments ne peuvent pas soigner une pathologie ou un dérèglement physiologique.

Ils peuvent exister sous différentes formes (gélules, comprimés, boisson liquide, ampoule, patch etc…) et sont en général fabriqués à base de plantes, oligo-éléments, vitamines qui font l’objet de contrôles pour avoir des allégations et une efficacité ciblée en fonction des teneurs en actifs mis en oeuvre et contrôlés par les autorités de santé.

Leur but est d’apporter une aide sur une problématique particulière : un stress passager, des troubles du sommeil, un état de fatigue, la rétention d’eau, des troubles digestifs (ballonnements, constipation), des troubles circulatoires mineurs…

Leur utilisation en cours d’un régime équilibré reste optionnelle, mais pensez à prendre l’avis de votre médecin si vous avez un traitement médical déjà en cours.

6. Les probiotiques, ça marche pour maigrir ?

Des études ont désormais prouvé qu’une amélioration de la flore intestinale peut aider à réduire certaines obésités. Les probiotiques sont naturellement présents dans les produits laitiers fermentés et certains fruit et légumes, ils ont une action prébiotiques (il stimulent le développement de la flore).

La prise de probiotiques sous forme de compléments alimentaires est intéressante en surveillant le produit acheté car l’offre est encore une fois très vaste. Il est nécessaire de surveiller que le produit contienne au moins 4 milliards de probiotiques, idéalement issus de différentes souches, par une gélule pour qu’elle soit efficace.

On conseillera alors 1 à 2 gélules par jour. Si l’efficacité reste encore discutée, cette cure ne présentera aucun risque.

7. Devrais-je penser à une opération ?

Les sleeve et by-pass sont les chirurgies de l’obésité les plus couramment pratiquées à l’heure actuelle. Le remboursement est réservé à des personnes souffrant d’obésité sévère et donc ayant un IMC>35.

Combien de kilocalories par jour ? – Dr Jean-Michel Cohen

Si cette solution peut sembler une issue attirante, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une intervention chirurgicale. Il ne s’agit en rien d’interventions à visée uniquement esthétique. De plus, au bout de quelques années, on observe souvent une reprise de 15 à 20% du poids perdu.

Pour rester en pleine santé et éviter les reprises de poids, ce type de méthodes doit être suivi de mesures diététiques post-opératoires et d’une prise en charge d’éducation nutritionnelle sur la durée.

8. Le régime alcalin est-il une bonne solution ?

Ce programme part d’un constat : le corps humain contiendrait trop d’acidité ce qui engendre fatigue, stress, douleurs, ostéoporose et prise de poids. On considère dans cette méthode que ce que nous mangeons appartient soit à la famille des acides soit à la famille des bases ayant ainsi un impact sur le ph de l’organisme mesurable dans le sang ou les urines.

Dans le cadre d’une bonne alimentation, cela s’équilibre pour que le ph de l’organisme ne soit ni trop acide, ni trop alcalin, on parle alors d’équilibre acido-basique permettant de prévenir les risques cardiovasculaires et favorisant un bon état de santé général.

Les adeptes de ce régime classent les aliments entre acidifiants ou alcalinisants, en tenant compte de leur teneur en protéines, en certains minéraux mais aussi selon la nature de leurs déchets métaboliques.

Aucune remarque à faire sur le bon sens de ces choix sains, mais il n’y a pas grand-chose à voir avec le PH ici, il s’agit de recommandations traditionnelles, les mêmes que l’on utilise dans les régimes hypocaloriques.

En dehors de son nom le régime « alcalin » ne présente rien de particulier ! Il faut en outre savoir que notre corps bénéficie de mécanismes pour rétablir l’équilibre acide-base, grâce à l’excrétion rénal ou même par la respiration afin que précisément il n’y ait pas de déséquilibre « acide/base » : le pH normal du sang et des liquides cellulaires (7,35 à 7,45) est en réalité très stable sauf dans certaines circonstances pathologiques.

9. Dois-je manger sans gluten ?

Le gluten est une protéine présente dans le seigle, l’avoine, l’orge et particulièrement le blé et tous ses dérivés (pain, pâtes, biscuits…). Beaucoup de produits industriels contiennent également un ajout d’amidon de blé, ou directement de gluten dans leur recette (voir liste des ingrédients).

Si vous avez une intolérance au gluten, cela impose une grande vigilance dans vos choix alimentaires. Dans ce cas, les produits sans gluten vous sont indispensables. Mais si ce n’est pas le cas, vous n’avez pas d’intérêt à les consommer régulièrement, cela ne vous fera pas perdre du poids plus vite !

Certaines personnes perdent en effet du poids en supprimant le gluten, simplement parce qu’elles se mettent en parallèle à limiter les pâtes, pizzas, biscuits sucrés ou salés… qui contiennent du gluten pour une grande majorité. Elles auraient également perdu du poids en revoyant la qualité de leur alimentation en dehors de la présence ou non de gluten.

De plus, pour certains produits sans gluten, la composition est loin d’être satisfaisante avec l’utilisation de matières grasses en grande quantité (parfois plus de 10%) dont de l’huile de palme, mais aussi de sucre et nombreux additifs.

10. Faut-il que je supprime le lactose ?

Le lactose est un glucide (sucre) spécifique présent dans le lait maternel, et tous les laits de mammifères. Tel quel, il est indigeste : pour être absorbé, il est dégradé par une enzyme, la lactase, qui sépare le lactose en molécules plus petites afin de pouvoir être absorbées par l’intestin.

Or, après l’âge de 3 ans environ, l’activité de la lactase peut diminuer de 75 à 90%, ceci dépendant de chaque individu. Il y a des enfants dépourvus de cette enzyme qui ne peuvent pas le digérer et en vieillissant il est très fréquent d’observer une intolérance consécutive à sa disparition progressive.

Le lactose n’est alors pas suffisamment dégradé, ce qui peut entraîner des ballonnements, des douleurs abdominales, des diarrhées et parfois une perturbation du transit. Si certaines populations ont su muter pour maintenir une production de lactase essentielle à leur alimentation, environ 40% de la population est indisposé 30 minutes à 2 heures après avoir bu du lait, non seulement sur le plan digestif mais aussi de bien d’autres façons (rhinites, sinusites, eczéma, migraines, troubles de la concentration, douleurs articulaires, mictions fréquentes…).

On assiste depuis quelques années à une réduction de la consommation de lait pour ces raisons. Cette tendance globale entre convictions et intolérance au lactose réelle ou supposée tend malheureusement à confondre plusieurs choses en invitant à la réduction des produits laitiers en général.

En effet, seul le lait et autres produits laitiers frais contiennent du lactose. Les fromages affinés type camembert ou comté ne contiennent plus de lactose, du fait de l’affinage, tout comme le beurre qui en est dépourvu.

Enfin, les yaourts en contiennent mais la présence des ferments lactiques favorisent la digestion du lactose. Quand il s’agit d’une intolérance il faut tout de même rappeler qu’il ne s’agit pas d’une maladie mais d’une gêne, d’un inconfort.

Par contre il faut vraiment se méfier de ce que j’appelle les spécialités laitières. J’entends par là les crèmes, et tout ce qui s’appelle spécialité laitière sans porter le nom de yaourt, car il n’est pas sûr d’y avoir les fameux ferments lactiques.

J’espère avoir répondu à vos principales questions sur la façon de suivre un régime, je me doute que vous en avez plein d’autres ! Vous trouverez des solutions sur Savoir Maigrir avec la méthode Cohen, vous pouvez même venir visiter mon site, il est plein de conseils ! Rendez-vous sur dr.jeanmichelcohen.fr !

ad800 SM analyse

Faites votre Analyse Minceur sur SavoirMaigrir.fr
Nutrition, minceur, stress, phyto, aromathérapie… Tous nos ebooks gratuits

A PROPOS

Jean-Michel Cohen
Jean-Michel Cohenhttps://www.savoirmaigrir.fr
Dr Jean-Michel Cohen est Médecin-nutritionniste, auteur, créateur du programme "Savoir Maigrir" et intervenant régulier dans les médias.
-- Annonce --

NOUVEAU

CADEAU

Maigrir, c'est pas si compliqué !

10 petits pas minceur 2022
Inscris-toi ci-dessous pour recevoir par Email le programme "Mes petits pas minceur". Il est facile à suivre et parfaitement équilibré pour perdre jusqu'à 5 kilos par mois.

Vous pourriez aimer

PROGRAMMES GRATUITS

Méthode Cohen : 12 choses à savoir La liste des 10 meilleures crudités
Méthode Cohen : 12 choses à savoir La liste des 10 meilleures crudités